Comment accompagner les colères de mon enfant ?

Comment accompagner les colères de mon enfant ?

Avant toute chose, qu'est-ce que la colère ?

La colère est le résultat d'une frustration, d'un besoin non comblé comme par exemple la fatigue ou la faim. Cette réaction permet à l'enfant d'extérioriser ses émotions.

En effet, lorsqu'un enfant est en colère c'est qu'il ressent le besoin d'être entendu et ce n'est pas à prendre à la légère. La colère est une émotion, tout comme la joie ou la peur. Il ne faut pas minimiser la colère d'un enfant en cherchant à étouffer son émotion, par exemple, évitez de dire à votre enfant : "Arrête de te mettre en colère, file dans ta chambre, je ne veux pas t'entendre râler". Même si parfois cela devient compliqué à gérer, on empêche l'enfant d'exprimer son émotion et surtout d'exprimer ce qui a engendré son problème.

Lors de ces crises de colère, vous vous sentez dépassé(e), impuissant(e) ?
C'est tout à fait normal et dites vous bien que vous n'êtes pas seul(e)s ! Les enfants ne viennent pas au monde avec un mode d'emploi et les parents ne sont jamais vraiment préparés à ce chemin inconnu, semé d'embuches qu'on appelle l'éducation !

Comment l'accompagner lors de ces crises de colère ?

Tout au long de sa journée, l'enfant a accumulé et ressenti des tensions qui ont besoin de s'évacuer. La priorité pour lui est donc de faire "redescendre la pression" et comme vous êtes une des personnes les plus proches de lui, il se sent suffisamment en sécurité pour vous confier toutes ses émotions. En effet, c'est souvent le soir lorsque vous vous retrouvez à la maison, que les enfants "déchargent" leurs émotions accumulées tout au long de leur journée de crèche ou d'école. 

Lors d'une crise de colère, vous pouvez accompagner votre enfant de plusieurs manières :

  • En lui proposant tout simplement de lui faire un calin pour "accueillir" l'émotion. Sachez qu'il faut environ 7 secondes pour que l'hormone du bien-être, appelée ocytocine, soit libérée.
  • En lui parlant pour le rassurer et lui dire que vous êtes là pour l'aider à traverser sa crise.
  • En lui proposant d'exprimer sa colère par écrit à travers un dessin. En lui posant des questions "tu es en colère comment ?" Dessine-moi ta colère...
  • Mettre à sa disposition une "boite à cris" : Tous les membres de la famille peuvent exprimer leur mécontentement dans la boîte en criant dedans à travers le trou. Une fois la boîte remplie, on va dehors pour jeter les cris.


Après la tempête, retour au calme...

L'idée étant de proposer à votre enfant un espace de retour au calme plutôt que de les isoler au coin ou de les punir.

Cet espace serait agrémenté de :

  • coussins,
  • peluches,
  • crayons, feutres et feuilles pour dessiner la colère,
  • livres, gommettes
  • petite cabane...

 Ainsi, l’enfant dispose de moyens pour se calmer et ne sent pas exclu. Le temps de retour au calme est structurant et doit toujours se faire sur la base du consentement de l’enfant (qui a le droit de ne pas vouloir aller dans l’espace de retour au calme).

Retour au blog